Archive for the ‘France’ Category

LA FORÊT/ François-René de Chateaubriand

000069_0640

LA FORÊT/ François-René de Chateaubriand.

“La probabilité que Xavier Dupont de Ligonnès soit vivant est assez grande”, selon un ami de trente ans

Xavier Dupont de Ligonnès

Xavier Dupont de Ligonnès

Michel livre pour la première fois ses sentiments sur l’assassinat de l’épouse et des quatre enfants de Xavier Dupont de Ligonnès. Leurs corps ont été découverts par les policiers sous la terrasse de leur maison à Nantes, le 21 avril 2011. Trente ans d’amitié le liaient au suspect numéro un de cette tuerie. Il le considérait comme un frère.

“Personnellement, je pense qu’il est vivant et la probabilité qu’il le soit est pour moi assez grande, confie aujourd’hui Michel au magazine “13h15 le samedi”. Sinon, il se serait suicidé avec sa famille. Il n’avait aucun intérêt à planifier tout ce scénario pour aller se tuer quelque part dans le Var ou ailleurs…”

“J’imagine qu’il a dû partir quelque part”Pendant longtemps, Michel n’a pas pu se replonger dans ses souvenirs. Et…

Jules Laforgue – Cigarette/ Audio

Serge Gainsbourg

Serge Gainsbourg

Jules Laforgue – Cigarette/ Audio.

Oui, ce monde est bien plat ; quant à l’autre, sornettes.

Moi, je vais résigné, sans espoir, à mon sort,
Et pour tuer le temps, en attendant la mort,
Je fume au nez des dieux de fines cigarettes.
Allez, vivants, luttez, pauvres futurs squelettes,
Moi, le méandre bleu qui vers le ciel se tord,
Me plonge en une extase infinie et m’endort
Comme aux parfums mourants de mille cassolettes(1).

Et j’entre au paradis, fleuri de rêves clairs
Où l’on voit se mêler en valses fantastiques
Des éléphants en rut à des chœurs de moustiques.

Et puis, quand je m’éveille en songeant à mes vers,
Je contemple, le cœur plein d’une douce joie,
Mon cher pouce rôti comme une cuisse d’oie.

Henry de Montherlant : la jeunesse/ Video

Henry de Montherlant

Henry de Montherlant

Interview de l’écrivain Henry de MONTHERLANT, plus particulièrement consacrée à son enfance et à sa jeunesse, comportant de nombreux documents – photos de famille, dessins et manuscrits — L’ENFANCE : MONTHERLANT décrit le contexte familial dans lequel il a grandi : enfant unique dans une grande maison bourgeoise à Paris, remplie de maîtres et de domestiques, “d’oncles à n’en plus finir”. Il évoque en particulier sa mère, avec laquelle il eut des relations tour à tour “assez atroces ou les meilleures du monde”. Il évoque aussi sa grand-mère,”la personnalité la plus accusée et romanesque de la famille”. Au milieu de tout cela, il fut soutenu par quatre passions : écrire, l’antiquité romaine, les camarades de collège et la passion de la tauromachie. – PREMIÈRES RENCONTRES : Il évoque les écrivains qu’il a connus enfant ou dans sa jeunesse : Maurice BARRÈS qui était son voisin, ARAGON…- LA PREMIÈRE FOIS QUE J’AIMAIS : MONTHERLANT fait allusion à l’épisode de son renvoi du Lycée de Sainte-Croix de Neuilly à 16 ans pour une histoire de “moeurs” dont il veut retenir qu’elle était composée de tendresse, de sensualité et de sérieux et qui prit une tournure dramatique, theâtrale, lui inspirant la pièce “La ville dont le prince est un enfant”.- LE GOÛT DU DESSIN : MONTHERLANT parle de ses facilités pour le dessin, de sa découverte des modèles dans le quartier de Montparnasse, le dessin devenant un “merveilleux prétexte pour connaître des jeunes personnes”.- LA GUERRE : A 18 ans, en 1914, il écrit une pièce, “L’exil”, oeuvre non conformiste par rapport au patriotisme “survolté” de l’époque, dans laquelle il met en scène, en les poussant à l’extrême, les relations particulières qu’il avait avec sa mère. Il devient soldat en1916. Blessé, il est démobilisé en1919 et se retrouve Secrétaire général de l’oeuvre de l’ossuaire de Douaumont, dirigé par le Maréchal Pétain. A cette période, il pratique intensément différents sports. – MES MAITRES : Il évoque D’ANNUNZIO qui l’influença beaucoup, Maurice BARRES qui lui imposa un énorme respect et dont la perte lui fut très douloureuse ; Paul VALERY, MAURRAS qui, contrairement à ce que l’on a pu dire, n’eut aucune influence sur lui.

Émission

Archives du XXème siècle

Production

Producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

Réalisateur

Philippe Collin
Colette Thiriet

Participant

Henry de Montherlant

Présentateur

Jean Jose Marchand

– MOINS DE DÉTAILS

J’accuse ! Lettre ouverte d’Emile Zola/ Audio

descarga

J’accuse ! Lettre ouverte d’Emile Zola/ Audio.