Archive for the ‘France Bulletins’ Category

Front national : vote symbolique massif pour la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen

Les adhérents du parti se sont prononcés mercredi à 94 % pour la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen à l’occasion d’un vote qui n’a cependant aucune valeur juridique. JEAN-SEBASTIEN EVRARD,ALAIN JOCARD / AFP

Les adhérents du parti se sont prononcés mercredi à 94 % pour la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen à l’occasion d’un vote qui n’a cependant aucune valeur juridique. JEAN-SEBASTIEN EVRARD,ALAIN JOCARD / AFP

Par Matthieu Goar et Adrien Morcuende

Vacances ou pas, la riposte de Marine Le Pen ne s’est pas fait attendre. Mardi 28 juillet, la cour d’appel de Versailles rejetait l’appel du Front national qui contestait la suspension du vote par courrier de la réforme de statuts du parti et de la suppression du poste de président d’honneur occupé par Jean-Marie Le Pen.

Réaction immédiate de la présidente du FN, qui compte reprendre la main sur le terrain politique à défaut de gagner la bataille des tribunaux : l’officialisation du résultat des « 30 000 votes de la consultation » par courrier après comptabilisation sous contrôle d’huissier. Verdict de ce coup d’éclat médiatique qui reste avant tout symbolique : 94 % des adhérents ayant voté approuvent les nouveaux statuts, et donc la suppression de la présidence d’honneur.

Manœuvre politique

Le but de cette manœuvre politique est double. En publiant les résultats du vote lancé le 20 juin et auquel ont participé 29 248 des 51 551 adhérents (56,74 %) jusqu’à son interruption ordonnée le 8 juillet par le TGI de Nanterre, Marine Le Pen tient d’abord à montrer qu’elle est un chef de parti soutenu par ses militants.

C’est d’ailleurs elle qui avait réuni le bureau exécutif du FN le 4 mai, date à laquelle était décidé, entre les murs du « carré » (siège du FN à Nanterre), « conformément à l’article 19, de suspendre le président d’honneur de sa qualité d’adhérent », qui lui donnait le droit de siéger à toutes instances du FN. Une décision historique qui n’avait alors pas été votée à l’unanimité – le FN n’avait pas indiqué quels membres du bureau exécutif ne l’avaient pas soutenue – et en l’absence de Jean-Marie Le Pen.

Deuxième message, directement adressé à Jean-Marie Le Pen, indéboulonnable président d’honneur du FN depuis la passation de pouvoir lors du congrès de Tours, en janvier 2011 : rappeler que sa mise en minorité par les chiffres est la preuve qu’il est lâché par sa base, qu’il n’incarne plus la ligne majoritaire du parti qu’il a cofondé en 1972. Autrement dit, qu’il est, comme le répétait le vice-président du FN, Florian Philippot, le 28 juillet, sur France Info, un homme qui appartient au passé.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/07/29/front-national-vote-symbolique-massif-pour-la-mise-a-l-ecart-de-jean-marie-le-pen_4703861_823448.html#Y3U30wdxdHlcUb3A.99

Champagne granted world heritage status by Unesco

The vineyards in the Champagne region were given heritage status in Saturday's meeting

The vineyards in the Champagne region were given heritage status in Saturday’s meeting

The industry behind champagne production has been handed world heritage status by the United Nations’ cultural arm.

Unesco decided that the vineyards, wine cellars and sales houses where champagne is produced and sold were culturally significant.

It was one of 11 sites given World Heritage status by Unesco at a meeting in Germany on Saturday.

The status should ensure the sites receive special protection in future.

Unesco said the champagne industry was “a very specialised artisan activity that has become an agro-industrial enterprise.”

Its addition to the list – that already includes Macchu Picchu in Peru, the Taj Mahal in India and the Great Wall of China – could bring extra financial aid and more tourists.

The vineyards of Burgundy, in France, were also given World Heritage status on Saturday.

Tapie-Adidas-Crédit lyonnais, une longue saga judiciaire

Bernard Tapie quitte le tribunal de commerce de Paris le 14 décembre 1994, après presque quatre heures d'audition par le juge, avec sa femme Dominique, portant sur le Groupe Bernard Tapie (GBT), holding des sociétés de Bernard Tapie, et de Financière et Immobilière Tapie (FIBT) qui contrôle ses biens personnels. | AFP/PASCAL GUYOT

Bernard Tapie quitte le tribunal de commerce de Paris le 14 décembre 1994, après presque quatre heures d’audition par le juge, avec sa femme Dominique, portant sur le Groupe Bernard Tapie (GBT), holding des sociétés de Bernard Tapie, et de Financière et Immobilière Tapie (FIBT) qui contrôle ses biens personnels. | AFP/PASCAL GUYOT

L’affaire Tapie-Adidas-Crédit lyonnais a fêté cette année ses 20 ans. Deux décennies de rebondissements et de coups de théâtre autour de la vente d’un groupe sportif. Résumé.

Nous sommes en 1990. Bernard Tapie annonce la conclusion d’un accord avec les héritiers de l’industriel allemand Adolf Dassler, fondateur du groupe Adidas. Cet accord lui permet, dans un premier temps, d’acquérir 80 % de l’équipementier sportif ; il rachète les 15 % détenus par le groupe Métro six mois plus tard, obtenant le contrôle quasi complet du groupe.

La suite de cette saga politico-industrielle est un cours de droit des affaires en situation réelle, option raretés juridiques. A travers l’affaire Adidas, il est possible d’explorer tous les degrés de juridiction du système judiciaire français, sur des questions allant des mandats politiques à la négociation de centaines de millions d’euros.

Israël : Nétanyahou dénonce « une vague terroriste » sur Jérusalem

Benyamin Nétanyahou, premier ministre d'Israël, le 16 novembre. | AP/Gali Tibbon

Benyamin Nétanyahou, premier ministre d’Israël, le 16 novembre. | AP/Gali Tibbon

Le premier ministre d’Israël, Benyamin Nétanyahou, a une nouvelle fois prôné la fermeté contre le terrorisme, mardi 18 novembre, après que deux Palestiniens ont tué quatre fidèles dans une synagogue à Jérusalem.

Lire : Massacre dans une synagogue à Jérusalem

Lors d’une conférence de presse télévisée, M. Nétanyahou a redit avoir ordonné aux forces de l’ordre de « détruire les maisons des terroristes », d’intensifier les mesures punitives contre ceux qui « incitent à la haine », et de renforcer la sécurité à Jérusalem. « Nous sommes au cœur d’une vague terroriste contre Jérusalem » a-t-il déclaré.

L’attaque perpétrée à l’aube dans une synagogue de Har Nof, un quartierultraorthodoxe juif situé à Jérusalem-Ouest, a provoqué une onde de choc en Israël. Les deux assaillants étaient munis de couteaux, de hachoirs et d’une arme de poing. Quatre personnes qui priaient ont été tuées, et huit autres blessées.

« Le discours de l’EI ne peut prendre que chez ceux qui n’ont aucune culture musulmane »

Jean-Pierre Filiu

Jean-Pierre Filiu

Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris, historien, spécialiste de l’islamcontemporain, est l’auteur, notamment, de Je vous écris d’Alep (Denoël, 2013).

Comment expliquer la forte proportion de convertis parmi les djihadistes ?

C’est que ça n’a rien à voir avec l’islam ! On continue de regarder comme un phénomène religieux ce qui n’est qu’un phénomène politique. Daesh est une secte. Elle frappe d’autres musulmans. Son discours totalitaire ne peut prendreque chez ceux qui n’ont aucune culture musulmane. Plus vous aurez de culture religieuse, moins vous serez susceptible d’y adhérer. On est dans le monde de l’infra-religieux, de la sous-culture. A cela il faut ajouter la dimension apocalyptique de son discours, propre aux sectes, que l’on trouve sur Internet. C’est le domaine de la superstition. Cela ne peut attirer que des enfants de Facebook et des jeux vidéo. C’est pourquoi je ne crois absolument pas à l’idée de déradicalisation. A quoi cela sert-il de dire à ces gens : « ceci n’est pas le vrai islam », alors qu’ils ont justement adhéré à la logique de ce discours ? Pour déconstruire ce discours, il faut être musulman.