Front national : vote symbolique massif pour la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen

Les adhérents du parti se sont prononcés mercredi à 94 % pour la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen à l’occasion d’un vote qui n’a cependant aucune valeur juridique. JEAN-SEBASTIEN EVRARD,ALAIN JOCARD / AFP

Les adhérents du parti se sont prononcés mercredi à 94 % pour la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen à l’occasion d’un vote qui n’a cependant aucune valeur juridique. JEAN-SEBASTIEN EVRARD,ALAIN JOCARD / AFP

Par Matthieu Goar et Adrien Morcuende

Vacances ou pas, la riposte de Marine Le Pen ne s’est pas fait attendre. Mardi 28 juillet, la cour d’appel de Versailles rejetait l’appel du Front national qui contestait la suspension du vote par courrier de la réforme de statuts du parti et de la suppression du poste de président d’honneur occupé par Jean-Marie Le Pen.

Réaction immédiate de la présidente du FN, qui compte reprendre la main sur le terrain politique à défaut de gagner la bataille des tribunaux : l’officialisation du résultat des « 30 000 votes de la consultation » par courrier après comptabilisation sous contrôle d’huissier. Verdict de ce coup d’éclat médiatique qui reste avant tout symbolique : 94 % des adhérents ayant voté approuvent les nouveaux statuts, et donc la suppression de la présidence d’honneur.

Manœuvre politique

Le but de cette manœuvre politique est double. En publiant les résultats du vote lancé le 20 juin et auquel ont participé 29 248 des 51 551 adhérents (56,74 %) jusqu’à son interruption ordonnée le 8 juillet par le TGI de Nanterre, Marine Le Pen tient d’abord à montrer qu’elle est un chef de parti soutenu par ses militants.

C’est d’ailleurs elle qui avait réuni le bureau exécutif du FN le 4 mai, date à laquelle était décidé, entre les murs du « carré » (siège du FN à Nanterre), « conformément à l’article 19, de suspendre le président d’honneur de sa qualité d’adhérent », qui lui donnait le droit de siéger à toutes instances du FN. Une décision historique qui n’avait alors pas été votée à l’unanimité – le FN n’avait pas indiqué quels membres du bureau exécutif ne l’avaient pas soutenue – et en l’absence de Jean-Marie Le Pen.

Deuxième message, directement adressé à Jean-Marie Le Pen, indéboulonnable président d’honneur du FN depuis la passation de pouvoir lors du congrès de Tours, en janvier 2011 : rappeler que sa mise en minorité par les chiffres est la preuve qu’il est lâché par sa base, qu’il n’incarne plus la ligne majoritaire du parti qu’il a cofondé en 1972. Autrement dit, qu’il est, comme le répétait le vice-président du FN, Florian Philippot, le 28 juillet, sur France Info, un homme qui appartient au passé.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/07/29/front-national-vote-symbolique-massif-pour-la-mise-a-l-ecart-de-jean-marie-le-pen_4703861_823448.html#Y3U30wdxdHlcUb3A.99

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: