Affaire Dupont de Ligonnès : les enquêteurs s’intéressent à un mystérieux corbeau

Photographie adressée par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. (EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3)

Photographie adressée par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. (EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3)

Par Edouard Da Costa:

Un mystérieux corbeau apparaît dans l’enquête sur Xavier Dupont de Ligonnès. Selon des sources proches de l’enquête, une journaliste nantaise a reçu, durant la semaine du 13 juillet, un courrier pour le moins surprenant : à l’intérieur d’une enveloppe se trouvait une photo qui semble être celle de deux de ses fils et qui n’est jamais sortie dans la presse.

Le père de famille, suspecté d’avoir tué sa femme et ses quatre enfants en avril 2011 dans leur maison nantaise, reste introuvable depuis cette date, et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Une photo privée de deux enfants

Sur la photo envoyée par le corbeau, les deux garçons, qui semblent être Arthur et Benoît, l’aîné et le benjamin de la famille, sont assis côte à côte devant une table de cuisine ou de salle à manger. Sur cette photo, qui paraît provenir d’un album de famille, on découvre l’un des deux adolescents, le plus jeune, en train de se restaurer. Son frère aîné, lui, apparaît souriant, décontracté devant l’objectif.

Le  cliché n’est pas daté. Impossible par conséquent de déterminer l’âge des deux frères au moment de la prise de vue. Cependant, la scène remonterait à plusieurs mois avant leur mort. Si cette prise de vue ne présente qu’un intérêt limité pour l’enquête en cours, il n’en est pas de même des indices qui figurent au dos de la photo.

Deux inscriptions énigmatiques

On peut, en effet, découvrir plusieurs inscriptions manuscrites : deux phrases courtes, rédigées à l’encre bleue, ainsi qu’une signature et une date. Inscrits en lettres majuscules, ces mots : “JE SUIS ENCORE VIVANT”. Puis, en caractères plus petits, cette autre mention, plus énigmatique : “de là jusquà cette heure” [sic].

L’étrange missive est signée “Xavier Dupont de Ligonnès”. Il y a également une date : “le 11 juillet 2015, à Nantes”. Après avoir pris connaissance de cet énigmatique courrier, la journaliste destinataire du document a aussitôt prévenu l’antenne de la police judiciaire (PJ) de Nantes.

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: