“Pizarnik se desdobla constantemente”

Alejandra Pizarnik

Lorena G. Maldonado escribe:

Pizarnik se desdobla constantemente. Tiene gente dentro: gemelas muertas, Alejandras antiguas y otras mujeres que no se atrevió a ser. “He nacido tanto / y doblemente sufrido / en la memoria de aquí y de allá”, escribe. Y también: “Ahora / en esta hora inocente / yo y la que fui nos sentamos / en el umbral de mi mirada”. Más: “Recuerdo con todas mis vidas / por qué olvido”.

Hay versiones de Pizarnik: puede ser un agujero. O una pared que tiembla. Tiene un ojo esotérico y charla largo con los muertos

El origen del cáncer moral estaba en los años de niña, en los traumas primeros: “La vida juega en la plaza / con el ser que nunca fui (…) mi vida / mi sola y aterida sangre / percute en el mundo / pero quiero saberme viva / pero no quiero hablar / de la muerte / ni de sus extrañas manos”. En Poesía completa (ahora editada por Lumen), Alejandra Pizarnik parece una chamana, un animal poderoso y herido que tiene la fórmula para curarse pero no cree en la ciencia. No va a insertarse en el resto. Huele a las tierras resecas de su América y a aceites calientes. Se llama para ver si aún se escucha: “alejandra alejandra / debajo estoy yo / alejandra”.

Advertisements

Alfred de VIGNY – La passion de l’honneur (DOCUMENTAIRE, 1972)

Alfred de Vigny

Alfred de VIGNY – La passion de l’honneur (DOCUMENTAIRE, 1972.

Interlitq publishes the poem “E A U . . . S O L E I L” by Antoine de Lévis Mirepoix

Antoine de Lévis Mirepoix

Interlitq publishes E A U . . . S O L E I L (“Poetic Voices” series) by Franco-Argentine author Antoine de Lévis Mirepoix.

Antoine de Lévis Mirepoix’s biography (in French):

Antoine de Lévis Mirepoix, de mère argentine et de père français, est né en 1942 aux Etats Unis, a vécu une partie de son enfance en Argentine puis en France, principalement à Paris.

A l’adolescence il a été élève de l’école des Roches, collège de Normandie, sous la direction d’André Charlier. Après maths sup et maths spé, études de sciences économiques puis de lettres à lla Sorbonne. Coopérant à l’Université du Nord à Antofagasta, Chili, il entre aux Affaires Etrangères pour occuper divers postes culturels et pédagogiques à Mexico, Barcelone, Beyrouth et Nairobi.

Puis il enseigne deux ans dans un CES de Moulins, Allier, France. Il entre ensuite au Centre National d’Etudes Spatiales à Toulouse dans le cadre du Satellite Spot, chargé à Spot Image du développement commercialpour l’Amérique, puis des relations avec les organisations internationales.

En 1991 il rejoint la Girection Générale des Laboratoires Pierre Fabre à Castres comme responsable des relations internationales du Président. Il réside à Buernos-Aires depuis 1997 où il ouvre un bureau de consultancepour guider des entreprises françaises désireuses de s’implanter au Brésil ou en Argentine. Bureau qu’il fermera début 2002.

Membre de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse depuis 2000, Antoine de Lévis Mirepoix partage son temps aujourd’hui entre la France et l’Argentine où il cultive sa passion pour les chevaux.

Il publie en 2008 son premier roman aux Editions du Rocher, « Le Passeur ». En 2011 « Le Crabe et l’Aube » est édité chez Atlantica qui décide de mettre fin à ses activités le jour même de la publication du récit. Deux autres romans sont achevés : « Quartetti e Sonata a Tre » et « Fortuit », un autre en cours d’écriture et trois en projet. Antoine de Lévis Mirepoix a écrit égalementquelques récits courts sur les voyages, les chevaux, Venise, etc … et des poèmes.

Conférencier à ses heures autour de thèmes divers comme « les bibliothèques », « Gérard de Nerval », « l’Amérique du Sud », « Antoine de Saint Exupéry », il s’interroge sur le destin, le sens des mots et de la parole, la signification du voyage, la création artistique, la juste place de l’homme.

Interlitq to publish “Bergen” by Antoine de Lévis-Mirepoix

Antoine de Lévis Mirepoix

Interlitq is to publish Bergen by Franco-Argentine author Antoine de Lévis-Mirepoix.

Antoine de Lévis-Mirepoix’s biography (in French):

Antoine de Lévis Mirepoix, de mère argentine et de père français, est né en 1942 aux Etats Unis, a vécu une partie de son enfance en Argentine puis en France, principalement à Paris.

A l’adolescence il a été élève de l’école des Roches, collège de Normandie, sous la direction d’André Charlier. Après maths sup et maths spé, études de sciences économiques puis de lettres à lla Sorbonne. Coopérant à l’Université du Nord à Antofagasta, Chili, il entre aux Affaires Etrangères pour occuper divers postes culturels et pédagogiques à Mexico, Barcelone, Beyrouth et Nairobi.

Puis il enseigne deux ans dans un CES de Moulins, Allier, France. Il entre ensuite au Centre National d’Etudes Spatiales à Toulouse dans le cadre du Satellite Spot, chargé à Spot Image du développement commercialpour l’Amérique, puis des relations avec les organisations internationales.

En 1991 il rejoint la Girection Générale des Laboratoires Pierre Fabre à Castres comme responsable des relations internationales du Président. Il réside à Buernos-Aires depuis 1997 où il ouvre un bureau de consultancepour guider des entreprises françaises désireuses de s’implanter au Brésil ou en Argentine. Bureau qu’il fermera début 2002

Membre de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse depuis 2000, Antoine de Lévis Mirepoix partage son temps aujourd’hui entre la France et l’Argentine où il cultive sa passion pour les chevaux.

Il publie en 2008 son premier roman aux Editions du Rocher, « Le Passeur ». En 2011 « Le Crabe et l’Aube » est édité chez Atlantica qui décide de mettre fin à ses activités le jour même de la publication du récit. Deux autres romans sont achevés : « Quartetti e Sonata a Tre » et « Fortuit », un autre en cours d’écriture et trois en projet. Antoine de Lévis Mirepoix a écrit égalementquelques récits courts sur les voyages, les chevaux, Venise, etc … et des poèmes.

Conférencier à ses heures autour de thèmes divers comme « les bibliothèques », « Gérard de Nerval », « l’Amérique du Sud », « Antoine de Saint Exupéry », il s’interroge sur le destin, le sens des mots et de la parole, la signification du voyage, la création artistique, la juste place de l’homme.

“…Ruth Langdon Inglis was approached by the editor Dennis Hackett, who invited her to become the star interviewer for Nova…”

Ruth Langdon Inglis in Suffolk

In the mid-1960s, Ruth Langdon Inglis was approached by the editor Dennis Hackett, who invited her to become the star interviewer for Nova, described by Kate Muir, writing in The Times (April 22, 2006) as “a politically radical, beautifully designed, intellectual women’s magazine”. Ruth was later to describe her stint at Nova as the high-point of her professional career, tackling social issues in a way that broke new ground for women’s magazines of the period (her articles included the legalization of homosexuality, “walled-in wives”, and the battered baby syndrome). In the years that followed, in the pages of NovaThe Observer, and elsewhere, Ruth Inglis profiled personalities as disparate as Roald Dahl, Bianca Jagger, Mario Montessori and John Updike. Travel, for business or pleasure, remained an abiding interest; and later in the decade, Ruth savored the opportunity to profile her beloved Provence (“Few Britons”)—a region then undiscovered, as the title of her article suggested. In the next decade, she would travel to Denmark for the The Daily Express (May 12, 1979, “Danish… Tasty! Ruth Inglis finds the French of the North are jolly but so expensive.”).